vendredi 8 février 2013

Marthe et  Adolphe Fontaine, Cécile Besson

Source Gallica b.n.f, tiré de La Presse le 02/10/1894.

FONTAINE Adolphe Honoré Gabriel- industriel- N:env.1842-D:12.11.1908. Paris à son domicile 96 rue d'Angoulême - 66 ans.
BESSON Marthe-femme d'industriel- N:env.1853-D:15.09.1908. Londres- 55 ans.
eurent pour enfants:
FONTAINE Gabrielle- N: 16.11.1879 Londres- D:04.06.1944 Neuilly sur Seine- 64 ans.
FONTAINE Meha- N: 22.03.1885 Londres- D: 27.11.1976 Paris- 91 ans.
Qui eut 2 conjoints:
FONDÈRE Julien-politique radical socialiste sur Foix. N:~1878- D: 03.11.1906.Paris 158 bd Malesherbes - 28 ans.
SABATIER Alfred- Secrétaire général des Établissements Meunier-Marié le 26.07.1912 à Paris. Source planete-généalogie. com.
Vu sur archives 72- Rouen: En marge de l'acte de naissance d'Albert, François, Durand (N: 28/01/1867). Marié à Paris (11ème arrond.) Seine le dix huit mai mil neuf cent trois avec Marthe Juliette Gabrielle Fontaine.
Vu sur archives pierresvives  de l'Hérault: en marge de l'acte de naissance de Julien, Joseph, Fondère (N: 15/01/1878 à Cette (Hérault)). Marié à Paris (11ème) le 5 juin 1905 avec Meha Pauline Henriette Fontaine.
Vu sur Gil Blas lundi 10 janvier 1887:
Relevé aux dernières promotions d'officiers d'académie le nom sympathique de Mme Cécile Besson, fabricant d'instruments de musique à Paris.
Bulletin des lois de la République française.
207421. Brevet de quinze ans, 5 août 1890; Fontaine-Besson, représenté par Faugé, à Paris, rue Guilhem n° 5. Perfectionnements apportés aux instruments de musique dits contrebasson. 
207422. Brevet de quinze ans, 5 août 1890; Fontaine-Besson représenté par Faugé, à Paris, rue Guilhem, n° 5. Nouvel instrument établi à l'octave inférieure de la clarinette basse et dénommé clarinette contre-basse si b. 
Google patents:
BESSON Patent US457337 - Issue date: Aug 11, 1891. Inventor: FONTAINE BESSON.


                                                              Annuaire de la musique 1893 source Gallica b.n.f
Extraits tirés de L'Europe-artiste 1893/01/07: 
"La CIarinette- Pédale et le Cor-Tuba 
En août dernier l'Europe Artiste a été le premier des journaux français à annoncer dans un article de M. Rémo, un de ses correspondants de Londres, la naissance de deux nouveaux instruments de musique...
Voici, du reste, en quels termes M. Victorin -Joncières exprime son opinion sur ces instrument!
dans la Revue musicale de la Liberté du 15 février dernier. 
La clarinette- pédale est destinée à compléter la famille des instruments à vent, à anche. Elle est l'octave grave de la clarinette basse et descend, par conséquent, au contre ré, au-dessous de la clarinette basse. Par l'addition d'un tube, dont la perce est trouvée elle pourra atteindre jusqu'au contre-si bémol, le second sous la portée, en clef de fa. Au surplus, ce tube rendrait, à mon avis, l'instrument bien volumineux et, tel qu'il nous a été présenté, il nous a paru suffisant comme étendue. 
Le timbre de cet instrument est plein, onctueux d'une rare puissance ou d'une douceur surprenante suivant la volonté de l'exécutant. Il est incomparablement plus agréable à entendre et plus facile a jouer que le contre-basson. Je ne parle pas du sarrussophone qui n'a été utilisé que faute de mieux, malgré sa sonorité pénible et sa justesse douteuse...
Je serais injuste de ne pas parler du plaisir qu'a causé à tout l'auditoire M. Reine, le brillant soliste de l'Opéra, qui a fait admirer son beau talent sur le cor et sur le cornophone; encore un instrument inventé par M Fontaine-Besson pour remplacer le cor dans les orchestres d'harmonie. Le cornophone est au diapason du saxophone; mais ses harmoniques sont une octave plus bas. Le cornophone alto, en mi bémol par exemple, a exactement les mêmes harmoniques que celles du cor dans le même ton. IL a donc l'avantage sur le saxophone d'avoir un plus grand nombre de notes ouvertes dans le registre où il Joue le plus communément. Son timbre se rapproche de celui du cor sans en avoir cependant la poésie. Le cornophone en si bémol aigu, qui est au diapason du bugle et du cornet à  piston, a une sonorité particulièrement agréable. Il remplacerait avec avantage, pour les solos, ces deux instruments dans l'orchestre..."
Annuaire de la musique 1895 source Gallica b.n.f.
Extraits de l'article de Félix Rémo paru dans L'Europe-artiste 1892/01/10:
"M. Besson, après de longues études, qui n'ont pas coûté moins de cinquante mille francs, a enfin créé ce prototype, la clarinette-pédale ou contrebasse des bois... Elle est en si bémol et de trois octaves d'étendue, descendant un ton en dessous du basson et une octave plus bas que la clarinette-basse elle peut même, à l'aide de la pédale, atteindre le la bémol. Il n'existe, en réalité, pas de pédale, mais elle fournit des sons qui correspondent à ceux que fournissent les pédales de l'orgue...
Puis le doblophone, combinaison du trombone et de l'euphonium, pouvant émettre deux sons à la fois et permettant de jouer des duos à lui tout seul; et enfin le cornet transpositeur-compensateur, qui donne des gammes chromatiques d'une grande égalité de son depuis le soprano jusqu'aux notes les plus graves de l'orgue. Le mécanisme, très simple, permet d'exécuter sans difficulté la musique la plus compliquée, Enfin, je signalerai une nouvelle embouchure curviligne qui relève le pavillon de l'instrument et qui vient d'être adoptée dans l'armée sous le nom de la « guerrière »...
D'ailleurs, la maison Besson est aujourd'hui sans rivale ses instruments sont adoptés unanimement par l'armée, la marine, les conservatoires, les orchestres, etc.; ses fabriques de Paris, de Londres et de New-York sont des curiosités à visiter..."
Moniteur des consulats le 10/09/1892: 
Le ministre de l'instruction publique a fait un contrat avec la maison Fontaine-Besson, de Paris, pour l'envoi d'une facture montant à 30000 francs et composée d'instruments et autres objets destinés à l'enseignement de la musique dans le conservatoire national.
Annuaire des artistes et de l'enseignement dramatique et musical 1893:
Besson F. 96 rue d'Angoulême, ancien 92.
On doit, aussi aux descendants du fondateur, M. et Mme Fontaine-Besson, nombre d'inventions importantes. parmi lesquelles nous citerons la perce étoile d' un éclat extraordinaire, spéciale aux exécutions en plein air, le doblophone, de nouveaux systèmes transpositeurs et compensateurs, le desideratum, cornet de forme dite « modèle anglais », un brevet de saxophones ( (perce nouvelle et notes additionnelles), des instruments à pistons ascendants et descendants combines, des pistons d'une seule pièce, des instruments enharmoniques, le contra- fagotto (contrebasson), système Dr  Stone et Besson, les trombones duplex, les cornophones nouvelle famille de voix intermédiaires entre les bois et les cuivres. Enfin, deux nouveaux instruments, la clarinette-pédale et le cor-tuba, récentes créations destinées à enrichir les parties graves de l'orchestre, et qui ont soulevées l'enthousiasme des membres du congrès des compositeurs.
Ceux-ci ont voté, les 3 et 4 février 1893, la modification de l'instrumentation par l'introduction de ces deux instruments dans l'orchestration future. -M. Fontaine-Besson,  chevalier de l'ordre d'Isabelle la Catholique, est fournisseur du dépôt des modèles et expert au Ministère de la guerre, membre du Comité des Expositions françaises à !étranger et fut membre du jury de l'Exposition de Londres, en 1890. La maison Besson, Paris, Londres et New-York, qui a pris plus de cinquante brevets, a obtenu 52 des plus hautes récompenses aux Expositions internationales; entre autres la médaille d'or (Paris 1867 et 1878; Londres, Exposition des inventions 1885); les plus hautes récompenses aux Expositions de Sydney, Amsterdam, Calcutta, Adélaïde, Liverpool, Édimbourg, etc., et la médaille d'or spéciale du Ministère de la guerre à 1' Exposition de Paris 1889. 1895:La plus haute récompense et une récompense spéciale au World's Fair Chicago 1893, pour services rendus à l'art musical et aux compositeurs. 
Extraits d'article paru dans le quotidien, La Presse du  29/09/1894: 
Les ouvriers et employés de la, maison Besson, fabrique d'instruments de musique, 96, rue d'Angoulême, se sont mis en grève il y a une dizaine de jours... M. et Mme Fontaine, propriétaires actuels de la maison Besson, sont en instance de divorce, et d'un commun accord, en attendant la liquidation judiciaire, la gérance de la maison de Paris fut attribuée à M. Fontaine, alors que Mme Fontaine, née Besson, se rendait à Londres pour diriger la. succursale de la maison... D'après un des contremaîtres de la maison...la feuille de présence accuse la rentrée de cinquante-huit ouvriers sur quatre-vingt-douze. "
Extraits tiré de l'article"La vérité sur la grève de la rue d'Angoulême". La Presse le 01/10/1894:
"Hier, tous les contremaîtres de cette très importante maison sont venus en délégation dans nos bureaux... Contrairement à l'affirmation que 58 ouvriers avaient capitulé, pas un seul n'a remis le pied dans les ateliers... Voici maintenant quelles ont été les causes de la grève: Elle provient d'une diminution de salaire proposée par M. Fontaine à des ouvriers qui sont depuis plus de vingt ans dans la maison. Les ouvriers s'étant mis en grève, les contre-maîtres sont demeurés à leur poste, espérant, par cette attitude, empêcher une grève générale. M. Fontaine, au lieu de leur en savoir gré, les maltraita et les mit tous à la porte en leur disant qu'il leur défendait de rentrer. C'est donc lui-même qui ferma la maison... Au mois de janvier dernier, Mme Fontaine recevant ses chefs d'atelier, les prévint que, vu l'état de santé de son mari, elle se trouvait forcée de demander sa séparation et qu'en attendant une solution elle se retirerait à sa fabrique de Londres... M. Lourdelet, ensuite, prit la parole et rappela aux ouvriers que Mme Fontaine-Besson était revenue d'Angleterre à leur appel et se croyait en droit d'insister auprès d'eux pour obtenir la cessation de cette grève... Nous voulons espérer que, lundi, M. Fontaine ne renverra pas pour une troisième fois les ouvriers..."
Extraits de La Presse le 02/10/1894: 
"il en est, qui, âgés de 80 ans, sont là depuis 51 ans." parlant des ouvriers... "La grève d'aujourd'hui, il faut en chercher la cause dans l'abus de la cocaïne. M. Fontaine est sourd , il est atteint d'anémie cérébrale..."
Extraits tiré de l'article" Les grévistes malgré eux ". La Presse du 05/11/1894: 
"Mardi dernier, la. 1ère chambre a rendu l'arrêt sur le référé introduit par Mme Marthe Besson, propriétaire de la maison FLORENTINE-BESSON, de Londres et Paris (instruments de musique), contre son mari M. Fontaine, qui gère si singulièrement la. succursale de Paris depuis quelques mois..."
"Pour le moment donc, la vraie maison Besson n'aura plus de siège à Paris; F. Besson, la raison sociale ne signifie pas Fontaine-Besson, mais bien Florentine Besson, raison sociale de la maison depuis 1857. 
Aujourd'hui la seule ayant droit au nom commercial Besson. étant Mme Marthe Besson qui, pour le présent, se retire, comme nous l'avons dit, à sa fabrique de Euston Road , à Londres..."
Extrait du journal Le Matin 1895/11/30:
"Aujourd'hui a comparu, devant le tribunal de Police de Clerkenwell, Mme Fontaine-Besson, femme du fabricant d'instruments de musique, accusée d'avoir volé et emporté à l'étranger un grand nombre de valeurs, dont le montant total dépasse! 750,000 francs, appartenant à M. Fontaine- Besson, son mari...
Me Gill, avocat de Mme Besson, demande que sa cliente soit mise en liberté sous caution pécuniaire...M. Besson ne peut pas chercher que la fortune n'appartienne à sa femme. Autrement, un tel procédé serait un outrage à la justice. D'ailleurs, M. Besson, qui ne possédait pas un sou vaillant, ne l'a intenté que pour entrer en possession de l'argent. 
Moniteur des consulats, le 14/05/1905:
— Nous sommes heureux d'apprendre le prochain mariage de notre sympathique ami, M. Julien Fondère, adonné au culte de Thémis et que la politique va bientôt réclamer, avec Mlle Méha Fontaine-Besson. Le nom de cette dernière nous est agréable, car il nous rappelle son père. longtemps attaché au consulat de France à Londres. C'est grâce a sa précieuse collaboration que la Chambre de Commerce de Londres doit son existence. Mme Fontaine- Besson, son épouse, américaine de naissance et femme de grand talent, a contribué pour une large part à la renommée de la célèbre marque d'instruments de musique qui porte son nom, universellement connue. Nos meilleurs vœux aux futurs époux.
Le 18/06/1905:
On a célébré la semaine dernière à saint Ambroise (a)... le mariage de M. Julien Fondère, avocat bien connu, avec Melle Fontaine-Besson, fille du grand industriel...
Après la cérémonie, un lunch splendide, où Mme Fontaine-Besson recevait avec son amabilité habituelle, a été servi dans les salons de l'hôtel Ritz. Boldi a fait entendre les meilleurs
morceaux de son répertoire. 
(a) éventuellement: la paroisse Saint Ambroise située dans le 11ème à Paris.
Rapport [instruments de musique] / par G. Dutreih ; Exposition universelle et internationale de Liège, 1905, Section française, Classe 17:
Grands prix BESSON France. FONTAINE BESSON.
L'Exposition de la maison Besson était de tout point remarquable. 
D'ailleurs directeur-propriétaire de cette maison, M. Fontaine- Besson a été proposé pour la croix de la Légion d'honneur à l'occasion de ce nouveau triomphe, certes bien mérité par l'élégance de la forme, le fini et la qualité de construction des instruments à vent qui étaient présentés.  Son système, qui a reçu l'appellation générale de « prototype » permet de garder indéfiniment les caractéristiques de l'instrument type initial. L'étude de la perce qui a été poussée jusqu'à ses dernières limites par la maison Besson lui a valu une série de brevets relatifs à la perce droite, la perce à bosse et biaisée, la perce étoile, etc. 
Le Jury a vu avec admiration toute la série des cornophones et la fameuse clarinette pédale complétant la famille des clarinettes. 
Une nouvelle fois, un Grand prix a été décerné à la maison Besson à l'unanimité du Jury. 
Annuaire des artistes et de l'enseignement dramatique et musical 1906:
FONTAINE-BESSON (Ad.) rue d'Angoulême, 96
"BESSON (Fontaine-Besson), facteur d instruments à vent.
Fondée en 1834 par Gustave Besson, la maison Besson, de réputation universelle, a implanté l'art musical dans tous les points du globe. A son fondateur on doit les inventions suivantes: les premiers cornets à 3 pistons, la perce droite, la perce pleine, les Besson- formes, le Système Prototype, les néoformes, les néorganes, le système transpositeur avec registre compensateur. 
Son génie inventif fut trop fécond pour nous permettre d'énumérer toutes les créations dont lui est redevable la facture instrumentale. 
A son gendre, M. Fontaine-Besson qui, depuis 1879, est le chef de cette grande maison, on doit de nombreuses inventions la perce étoile, de nouveaux systèmes transpositeurs, les cornets Soliste, Desideratum, et Concertiste, des instruments à pistons ascendants et descendants, des pistons d'une seule pièce, les trombones Duplex, la Clarinette-Pédale et la famille des Cornophones. 
M. Fontaine-Besson, qui est le fondateur de la Chambre de Commerce française de Londres, est titulaire de nombreuses distinctions honorifiques et après 66 médailles et diplômes d'honneur obtenus dans les expositions internationales, il a remporté les Grands Prix aux expositions suivantes Paris 1900, St-Louis 1904, Liege 1905." 
Expositions universelles. sources Malou Haine et publicités diverses.
Exposition internationale d’Amsterdam 1883- Diplôme d'Honneur (DH)- Besson F.  Rue d'Angoulême, 92 Paris- Instruments de musique à vent, à pistons, à clés, à anches, à percussion.
Exposition universelle d’Anvers 1885- Hors concours (HC)- Besson  Rue d'Angoulême, 92 Paris  Instruments à vent en cuivre.
Exposition universelle de Paris 1889- (MO)-  Fontaine-Besson F.  Rue d'Angoulême, 96 Paris  Instruments de musique à vent métallique, simples, à coulisses, à rallonge.
Exposition universelle de Paris 1900- Grand prix(GP)  Fontaine-Besson    Cornophones, clarinette pédale ou clarinette basse, application de l'aluminium dans la fabrication de musique, un tour à embouchures fonctionnant avec le pied.
Exposition de Saint Louis 1904-(GP)-
Exposition de Liège 1905-(GP)-
Sources presse et publications Gallica. b.n.f.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Tout commentaire est consulté au préalable dans un esprit de modération et de concertation, voici la marche à suivre:

1)Ecrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessous.
2)En dessous de Choisir une identité, cocher Nom/URL.
3)Saisir votre nom (ou pseudo) après l'intitulé Nom.
4)Cliquer sur Publier commentaire.
5)Tout commentaire portant votre intitulé courriel sera supprimé et sera poursuivi en message privé.
LUTHIER VENTS vous Remercie.