mercredi 27 avril 2022

 PIHAN Henri. Episode 3.

J'ai reçu une demande sur ma boite concernant l'histoire d'un saxophone alto de famille, flammé H. Pihan Modèle d'artiste. Par suite, ma réponse questionnait sur un numéro de série situé sur le porte lyre ainsi que des photos en retour. Annie ma précisé que le porte lyre n'était pas numéroté et m'a adressé ces photos.



 Photo Annie, tous mes remerciements.



Photos Annie, mes remerciements. Modèle d'orphéon, 
double clé d'octave, pas de fa # coté ni de double fa aigu, 
un sol # simple, des rouleaux, pas de nacres.


C'est un saxophone à double clé d'octave acheté pendant la deuxième guerre mondiale chez Pihan pour équiper la création d'une fanfare.

La provenance la plus probable serait celle d'un saxophone Pierret flammé Pihan,
un stencil, c'est à dire une commande de Pihan à Pierret en stipulant que le pavillon
serait flammé du nom du revendeur.


J'ai trouvé son emplacement !
Le numéro de série 4237,  est situé sur 
le patin de la boule de si grave. C'est une 
particularité que l'on retrouve sur les modèles
 Concerto et autres, chez Pierret.
Les pattes de gardes sont particulièrement
finies, on remarque une nervure centrale, 
détail présent sur des modèles Nil Mélior.
Un palonnier sol # simple et une touche 
sol # crantée, au pourtour arrondi.
Leviers de paume main droite et détails divers.
Les clés de do et mi b graves sur deux axes séparés, 
remarquez la disposition des boules 
ainsi que le motif de virole de culasse.
Une main gauche qui a la particularité d'une clé de 
sol courte pour un système d'octave non automatisé.

Pour la période de conception, il ne fut 
vraisemblablement pas neuf à l'achat,
en effet, bien qu'il n'existe pas de liste de numéros de série retrouvée chez Pierret, le n° 4237 selon mon approche le situerait avant 1930.

Cette spéculation est issue de ma liste de numéros provisoire tirée de mes observations et données croisées.

J'ai repéré deux facteurs ayant approvisionné Pihan en saxophone, Beaugnier, c'est en cela que je vous parlais de numéro sur porte lyre et Pierret, dont cet alto est la plus plausible origine.

samedi 22 janvier 2022

 

Claude Louis Dauphin

 

Leboncoin pseudo Caro, bugle Dauphin, tous mes remerciements.


En marge de cette recherche et sans relation autre que le nom et la musique.
Gervais Dauphin :
Acte de mariage en date du 3 juin 1856 à Lyon...Gervais Antoine Désiré Dauphin né à Moulins, Allier le 10 décembre 1834, musicien demeurant avec ses père et mère en cette dernière ville fils majeur de Charles Dauphin et d'aimée Massier ...et Antoinette Coussat née aussi à Moulins le 22 décembre 1831, sans profession, demeurant à Lyon, rue de la Fromagerie, 7...en présence de...François Bourges, trente ans, professeur de musique, rue Tavernier...
Note : Bourges, professeur de trombone en 1903 au conservatoire.

Vu dans le Salut Public :
Le 21 novembre 1866 ...La fanfare l'Echo Lyonnais...
Le 10 janvier 1869 ...On entendra la fanfare l'Echo Lyonnais sous la direction de M. Jandard...
Le 18 octobre 1896...M. Dauphin professeur de chant au conservatoire, a repris ses leçons de chant, s'adresser de 10 h à midi, 113 avenue de Saxe...
Note : François Dauphin professeur au conservatoire de chant « opéra » en 1903.

Claude Louis Dauphin:

Leboncoin pseudo Caro bugle Dauphin, mes remerciements.

Leboncoin pseudo Caro bugle Dauphin, mes remerciements.



Vu sur recensement 33 rue de Bourbon :
pas en 1846 et ni en 1861, en 1856 :
Dauphin Claude facteur d'instruments 30 ans.
Faure femme Dauphin Catherine 32 ans.

Le Salut Public, 11 novembre 1857.

Le Salut Public, 02 septembre 1858. 


Vu sur guide indicateur de la ville de Lyon :
1869 : Dauphin, fab. D'instr. de cuivre, Loge, 4.

Vu sur recensement de 1872 au 4 rue de la Loge : présent en 1866.
Dauphin Claude facteur d'instruments 52 ans Saône et Loire.
Dauphin Catherine 52 ans Saône et Loire.
En 1876 en plus du couple: 
Lafumat Louis âgé de 18 ans employé et originaire de l'Ardèche.

Vu sur Geneanet :
Né le 8 juin 1820 - Charolles, 71120, Saône-et-Loire, Bourgogne, FRANCE

Marié le 4 mai 1847, Charolles, 71120, Saône-et-Loire, Bourgogne, FRANCE, avec Catherine FORT 1818.

Vu sur acte de mariage Charolles: ...Claude Dauphin, âgé de 27 ans, facteur d'instruments, né à Charolles et demeurant à La Guillotiere (Rhône)...et de Catherine Fort, âgée de 29 ans, sans profession, née et domiciliée à Charolles...
Note : née le 13 avril 1818.

Décès de Claude Louis Dauphin le 31 janvier 1892 dans le 5 ème ardt à Lyon: 
...71 ans, né à Charolles (Saône et Loire) , facteur d'instruments, montée du Garillan, 1, époux de Catherine Fort...est décédé place de l'Antiquaille, 1...

lundi 13 décembre 2021

 Ditta Giglio PARE (COMO)

Source Ebay, pseudo cestoubo, saxophone alto n°5497, 
tous mes remerciements.

La piste des revendeurs mène aux facteurs d'instruments, ce modèle est l'objet de cette fiche, nous allons lui coller plusieurs autres saxophones flammés différemment.

Quelques notes dont celle ci copiée d'un forum italien:

Giglio de Parè a été la première entreprise italienne à utiliser des machines modernes pour la production de saxophones, en mettant de côté cette dimension encore très artisanale et typique de toutes les entreprises du secteur. Trois noms sont  à retenir: le père Somaini, Bulgheroni (qui a quitté l'entreprise pour lancer sa propre entreprise et fabriquer des hautbois) et Alfredo Santoni qui, en 1965, a repris la plupart de la fabrique et a créé sa propre entreprise. Comme toutes les entreprises italiennes, elle vivait principalement de commandes étrangères. Exactement, il a produit de nombreux modèles pour Evette, Mogar et d'autres stencils qui sont reconnus par la forme de l'entre deux qui fixe le pavillon au corps de l'instrument (souvent un lys frappé). Je crois que la fermeture du Lys, est à cause de la concurrence européenne et pas encore de celle orientale, à cette époque en Italie et en Europe centrale des milliers de marques de saxophones ont été produites. Seuls les Rampone di Saltamerenda ont construit des saxophones pour plus de 150 marques.  

Celle là tirée de Peter Hales:

Fondée en 1947 et fermée en 1974, de 3 ouvriers au début à 70 ouvriers en 1970 avec une production de 1200 instruments par mois.

 Source Ebay, pseudo cestoubo, saxophone alto n°5497, 
tous mes remerciements.


Source Ebay, pseudo cestoubo, saxophone alto n°5497, 
tous mes remerciements.
Les détails: entre deux corps-pavillon en Y, découpe caractéristiques 
des différentes gardes, nacre centrale, le palonnier sol # et ses rouleaux 
(peu visible), ceux de sol # et si b sont de mêmes longues tailles, 
ceux de si et do #, de petites tailles, ce qui donne une symétrie dans les 
deux sens pour le palonnier completles mains droite et gauche, 
la petite clé d'octave située sur son axe indépendant et devant la 
clé de sol. La finition de ce modèle "Super" est argentée.

Source Ebay, pseudo cestoubo, saxophone alto n°5497, 
tous mes remerciements.
Il n'y a pas d'autres vues du palonnier de sol # que celle ci, vue de 
dessous; observez les articulations des leviers de si b et ut, située dans
 des logements carrés.


Saxophones R. Malerne Paris Master:  
1) saxophone ténor verni avec clétage nickelé n°5389, entre-deux fourche, support pouce main droite réglable, palonnier sol # avec 4 rouleaux, 2 grands, 2 petits, fleur de lys sur clé de bocal et sur bocal, idem sur garde main droite, nacre sur gardes, spatules de do et mi b graves perpendiculaire et montées sur un axe unique.

Source Ebay, pseudo larryross, Malerne Master ténor n°5389, 
tous mes remerciements. Remarquez l'ajourage particulier des 
gardes en tôles.
Ebay larryross Malerne Master ténor n°5389, tous mes remerciements.
Un entre deux sommaire en Y et une garde de main droite typique avec fleur 
de lys centrale.

2) saxophone ténor verni avec clétage nickelé n°7772: mêmes caractéristiques.

 
Source Saxontheweb, pseudo TCK123, tous mes remerciements.
Saxophone ténor R. Malerne Paris Master n°7772..

Saxophone ténor R. Malerne Paris Master n°7772. Palonnier sol #, 
il est semblable à l'autre Malerne ainsi qu'au Giglio.

Saxophones observés: stencils Giglio.
Ténor R. Malerne Paris Master n°7773.
Ténor R. Malerne Paris Master n°8379.

Saxophones Acme Master:
1) saxophone ténor verni avec clétage nickelé n°5XXX. Mêmes caractéristiques que ceux précédents.

Source Saxontheweb, pseudo profG, saxophone ténor Acme Master 
n°5XXX. tous mes remerciements.

Source Saxontheweb, pseudo profG, saxophone ténor Acme Master 
n°5XXX. tous mes remerciements.

Source Saxontheweb, pseudo profG, saxophone ténor Acme Master 
n°5XXX. tous mes remerciements.

Ces modèles "Master" sont nommés "Super" chez Giglio.
Je vous rappelle que ces remarques ne sont que des extensions 
d'un précédent article: Malerne Robert, je n'avais pas réussi à trouver
de saxophones fabriqués par ses ateliers, seulement des 
stencils français, Jouan et Guesdon et italiens, Giglio-Santoni et F.i.s.m.

mardi 23 novembre 2021

Harmonia - Bruxelles

Source Ebay, pseudo physalis5962, saxophone ténor Harmonia. 
Tous mes remerciements.

L'offre de ce marchand, musicien et éditeur concernait des bois et cuivres, des appareils photos et accessoires, des radios.
Je vous transmet ce lien que vous avez éventuellement, pour comparer cette estampille et
celles des stencils Guénot qui sont différentes:

Harmonia est une marque de marchands, elle se retrouve sur des pavillons d'instruments commercialisés par Louise Béthune, à partir de France et Armand De Baeremaeker, de Belgique et ceci pendant la même période.

Musique adresses 1929 :
De Baeremaeker A. ( Edition Harmonia ) , 7 r . de la Chanterelle (II).Editeur- Gravure et impression de musique.

Vu dans la presse :
Le Soir :
Le 27 janvier 1935, vente de radio à prix sacrifiés des meilleures marques, même adresse et n°.
Le 9 mai 1936, vente de matériel de bureau et automobile au 192 avenue de la Reine, 15.02.70.
Le 18 mars 1936, vente de radio à prix sacrifiés des meilleures marques, même adresse et n°.
Le 19 mars 1936, offre reprise 1000 francs sur ancienne radio et vente de neuf, même adresse et n°.
Vente d'appareils photos...et accessoires...liquidé à toute offre acceptable, même adresse et n°.
Note: ces annonces par leurs nombres font penser à une concentration de l'offre, autour de 1936.
Le Peuple du 24 novembre 1930. Secrétaire de l'harmonie socialiste de Laeken, la Semeuse.

Vu sur Geneanet :  sous toutes réserves d'identification.
Armand De Baeremaeker
Né le 30 avril 1907 - Laken, Brussel, België
Décédé le 12 octobre 1989 - Wezembeek-Oppem, Vlaams-Brabant, België, à l'âge de 82 ans
Musicien, éditeur de musique
Marié le 4 avril 1931, Sint-Jans-Molenbeek, Brussel, België, avec Henriette Simonne Gustavine Leblanc 1908-1987.

Almanach de Bruxelles :
1929-1934 au 7 rue de la Chanterelle- De Baeremaeker A. publications musicales.
1935-1937 au 192 avenue de la Reine- Harmonia Instruments musi., radio, tél 15.02.70.
En 1938, le 192, n’apparaît pas sur l'almanach adresses. N'est pas inscrit également dans les noms.
1946-1948 Galerie Bortier 12- Les Éditions Harmonia.
1949-1960 Galerie Bortier 12 - 14- Les Éditions Harmonia.
En 1965, n’apparaît pas sur l'almanach adresses. Pas d'almanach entre 1960 et 1965.

Source Ebay, pseudo physalis5962, saxophone ténor Harmonia. 
Tous mes remerciements.
L' estampille de ce saxophone et celles des stencils Guénot sont différentes.
Ce ténor serait en si b de tessiture si grave et fa aigu, il possède une clé 
d'octave automatique, type Thibouville Lamy, constituée d'un levier spatule 
et d'un balancier. L'entre deux corps-pavillon est d'une forme archaïque et son sol # 
est simple. Les touches sont pourvues de nacres et il est pourvu de quatre rouleaux.
L'adresse inscrite fut occupée de 1928 à 1933, pas de fa # coté ni de double fa aigu.


Source Ebay, pseudo physalis5962, saxophone ténor Harmonia. 
Tous mes remerciements.
Les caractéristiques de ce ténor, système d'octave, entre deux 
corps-pavillon, le profil des viroles et plusieurs autre détails pistent
sur la facture Lyonnaise, Blanchon et Cie, Gaillard, Martel et Loiselet.
J'ai rencontré un Gaillard et Loiselet avec un entre deux pareil, 
il s'agit d'un alto d'orphéon, deux clés d'octave et daté dans l'étoile 
de 1936, on rencontre plutôt des pavillons signé Pelisson, 
Guinot et Blanchon et d'autres antérieurs qui en sont pourvus.