samedi 23 mars 2019

PIHAN Henri (suite)

Document Multisax, daté de 1926, mes remerciements.


Vu sur Ebay:
“You are bidding on a vintage french saxophone made between 1930 and 1935...
But specialists think that Pihan put his name on Beaugnier stencils. I think they are right for there is no serial number on it. Pihan used to make other wind instruments in Lyon but for the saxophones he sold a stencil model. There is on the net a long article about this instrument maker, I’ll give you the reference if you want, obviously it is in french .
Traduction en français :
Vous enchèrissez sur un saxophone français « vintage » produit entre 1930 et 1935...
Mais les spécialistes pensent que Pihan mis son nom sur des « stencils » Beaugnier. Je pense qu'ils ont raison car il n'y a pas de numéro de série dessus. Pihan avait l'habitude de fabriquer d'autres instruments à vent à Lyon mais pour les saxophones, il vendait des « stencils ». Il y a sur le net un long article sur ce facteur, je vous donnerais la référence si vous le voulez, malheureusement il est en français.

Si cette annonce parle de mon article, je ne me considère pas comme spécialiste de tubes inconnus, il est clair que le fait de commencer à définir une liste de sous traitants concernant les saxophones revendus par M. Henri Pihan ne formalise pas la totalité des fournisseurs. En effet, tous les saxophones Pihan ne sont pas des Beaugnier et de dire que les saxophones sans numéros le sont est faux, le numéro de série sur ces Beaugnier est inscrit sur le porte lyre si le porte lyre n'a pas été déssoudé; c'est précisé en petit en légende de dernière photo.

 Je reviens vers vous pour une extension sur ce facteur, elle concerne une demande de la part de Multisax, auteur d'une grande part des photos qui suivent, il s'agirait d'un saxophone basse :
« de quelle année pourrait-il dater ? Aurait-il été fabriqué à Lyon, ou s'agit-il d'un Stencil ? »

 Je ne connais pas ce type et modèle de saxophone basse et ce qui suit n'est pas sourcé, 
je cherche avec vous une approche sur deux points, le premier l'estampille et numéro, le deuxième, 
l'organologie du saxophone.
La police de caractère se retrouve sur les saxophones estampillés "Invicta" Paul Cavour.
L'estampille se trouve aussi sur un saxophone alto modèle d'Artiste.(photo transmise) mais 
sans numéro inscrit au dessous de l'estampille, ce qui inciterait à élargir l'approche sur une 
gamme complète d'instruments.
Je ne sais pas si M. Pihan fabriquait des saxophones, je suis son activité de marchand.
de saxophone.
La disposition des touches de main droite de votre basse, la main gauche me font penser à 
des facteurs comme Selmer, Lyrist et non pas Guénot, Buffet Crampon...
Lyrist fabriquait des basses, je n'en ai pas en photo et c'est la première piste , faute de basse, j'ai persévéré sur du baryton et il y a ceci:


 Même type de main droite avec la touche de fa index sur la clé de fa pour les barytons Lyrist et votre basse ainsi que pour les barytons Invicta, l'alto "Modèle d'Artiste" m'a l'air d'être un Lyrist.
Je ne pense pas, comme le vendeur de cet alto, reconnaître un Beaugnier ; la comparaison est plus étroite avec un Guénot de même période.

Pour le numéro, je vous demandais si il y avait une relation entre l'année de votre document, 1926 et votre basse, ce n'étais pas par hasard; Lyrist s'est déclaré le 15 mars 1926.

Pour les cheminées soudées de votre basse, sur le catalogue Lyrist de 1934, il n'en est plus question, tous les corps sont emboutis,  les double clés d'octave sont par contre toujours sur les modèles économiques.

Pour la mention « Modèle d'Artiste » située sur l'estampille, elle n'est pas propre aux saxophones, on la trouve aussi sur des cuivres.

Il est clair que ce n'est qu'une approche dans l'attente d'un exemple, voici ces photos et n'hésitez pas à laisser un commentaire si vous avez une idée.



De Gauche à droite: saxophones alto Ebay, basse Multisax, 
alto Aguttes, saxhorn basse.











Deux clés d'octave, Multisax précise: il y aurait 
peut-être une erreur de perçage de la (2ème) 
clé d'octave, car on trouve une pièce "rustine" 
soudée sur le tube à l'opposé de la clé. 


Photos Multisax, tous mes remerciements.

mercredi 6 mars 2019


Gandilhon Guillaume, Jean Baptiste; Gandilhon Louis; Gandilhon Charles, Auguste.

Source Ebay, pseudo atdr37, mes remerciements.

Langwill :
WWI-BI fl Paris 1878-1911.
1878 established by M.G. Gandilhon , who from 1867 had been foreman to Gautrot ; 1881 reported a workforce of seven ; from 1895-1911 as Gandilhon fils.
Address : 1885 : rue Oberkampf ; 1895-1911 : « Gandilhon fils », rue Neuve Popincourt 11.

Guillaume Jean Baptiste Gandilhon est né le 10 mars 1822 à Allanche dans le Cantal. 

Archives de Paris reconstituées :
1854-Gandilhon avant Voyant alexandrine née le 5 mai 1854, légitimation le 5 janvier 1856- ardt. ancien 9.
1856- Gandilhon Charles Auguste né le 26 mai 1856 dans l'ardt. ancien 9.
1857- Gandilhon Louis né le 25 octobre 1857 dans l'ardt. Ancien 9.

Archives de Paris 4 ème ardt. :
Du mardi 8 octobre 1861...acte de naissance de Francine Léontine...au domicile de ses père et mère, rue Saint Antoine n°139, fille de Guillaume Gandilhon, facteur d'instruments de musique et de Rosalie Alexandrine Voyant, son épouse, polisseuse, 31 ans...en présence de Louis Gandilhon, âgé de 41 ans, facteur d'instruments de musique, domicilié à la dite maison, oncle de l'enfant...
Note : décédée le 11 avril 1866, même maison.

Archives de Paris 4 ème ardt. :
Du dimanche 1 décembre 1867...acte de naissance de Eugénie Marie Léontine , née hier...au domicile de ses père et mère rue Faubourg Saint Antoine 139, fille de Guillaume Gandilhon facteur d'instruments de musique, âgé de 45 ans et de Rosalie Alexandrine Voyant, son épouse âgée de 37 ans, polisseuse... en présence de Louis Gandilhon, ferblantier, âgé de 47 ans, même domicile, oncle de l'enfant...
Note : Eugénie Marie Léontine décédée le 19 septembre 1870, même maison, Rosalie Voyant, son épouse est polisseuse...

Exposition universelle de Paris 1867 :
Instruments à vent en cuivre et instruments à percussion :
Coopérateurs récompensés : MB Gandilhon G. Chez Gautrot aîné à Paris.
Exposition universelle de Paris 1878 :
Instruments à vent en cuivre et instruments à percussion.
Collaborateurs récompensés.
mh Gandilhon chef d'atelier Maison Gautrot aîné, Durand & Cie.

Annuaire général de la musique :
1888 : Fabricants d'instruments de musique en cuivre et instruments de musique en bois: Gandilhon rue Oberkampf, 87.

Annuaire des artistes et de l'enseignement dramatique et musical :
1893 : Piano : Melle M. Gandilhon rue Oberkampf, 93.
1894-1910 : Piano : Melle M. Gandilhon rue Neuve Popincourt, 11.

Musique adresses 1913 :
Gandilhon, 11, rue Neuve Popincourt (XIè).- Réparations d'instruments en cuivre. Mét. Parmentier.

Annuaire du commerce Didot-Bottin :
1914 :Gandilhon fils, instruments de musique en cuivre, r. Neuve-Popincourt, 11. (XI è). 


Acte de décès de Guillaume Gandilhon dans le XIème à Paris :
L'an 1892, le 9 septembre...acte de décès de Guillaume Gandilhon, âgé de 70 ans, fabricant né à Allanche (Cantal) décédé en son domicile rue neuve Popincourt 11...fils de feu Jacques Gandilhon et Anne Lapyonne son épouse veuf de Rosalie Alexandrine Voyant ...déclaration de Charles Gandilhon, âgé de 36 ans, facteur d'instruments de musique demeurant rue Oberkampf n°143 fils du défunt et de Léon Voyant, âgé de 50 ans, mécanicien, demeurant rue de Ménilmontant 187, beau frère du défunt.
Note: 1892-36=1856, ce qui correspondrait à la naissance de Charles Auguste observée sur les archives reconstituées.

Annuaire-almanach du commerce, de l'industrie, de la magistrature et de l'administration : ou almanach des 500.000 adresses de Paris, des départements et des pays étrangers : Firmin Didot et Bottin réunis :
1880: Grandillon, fabr. d'instruments de musique en cuivre et bois, 87, rue Oberkampf (absent à ce nom et cette adresse en 1879). 
1882- 1891 : rue Oberkampf, 87. Gandilhon fabr. Instruments de musique en bois et cuivre.
1892- 1907 : Gandilhon fils, rue Neuve Popincourt, 11.
1907 : Gandilhon fils, instruments de musique en cuivre.

Pierre Constant 1893 :
Chef d’atelier de Gautrot en 1867-78, M. G. Gandilhon (*) s’est établi depuis, et continue à fabriquer sans chercher à innover.
Note : décédé en 1892 !

Décès de Gandilhon Louis, frère de Gandilhon Guillaume le 14 novembre 1873 à Paris dans le 4 ème ardt. :
Décès de Louis gandilhon, âgé de 53 ans, ferblantier né à Allanche (Cantal)...sur la déclaration de Guillaume Gandilhon, âgé de 51 ans, facteur d'instruments de musique, demeurant rue Amelot, n°82 frère du défunt...

Acte de décès de Alexandrine Gandilhon dans le XI ème à Paris :
L'an 1888 le 4 octobre...acte de décès de Alexandrine Voyant, âgée de 59 ans sans profession, née à Belleville (Seine), décédée en son domicile, rue Oberkampf, 99, hier soir...Epouse de Baptiste Guillaume Gandilhon, âgé de 66 ans, fabricant d'instruments de musique...sur la déclaration de Louis Gandilhon, âgé de 30 ans, facteur d'instruments de musique, demeurant rue des Boulets, 84, fils du défunt

Acte de décès de Louis Gandillon dans le XI ème à Paris :
Le 22 octobre 1917...est décédé en son domicile, impasse du Moulin Joly, 3, Louis Gandillon, né à Paris le 25 octobre 1857, ouvrier en instruments de musique, fils de guillaume Gandillon et de Alexandrine Rosalie Voyant, époux décédés, veuf de Victorine Félicie Yvray...
Note : le père et fils sont inscrits avec cette orthographe.

Les sources généalogiques sont tirées des archives de Paris, les annuaires de Gallica...







Source Ebay, pseudo atdr37, mes remerciements.


mardi 19 février 2019


Exposition d'instruments de musique à Seborga.




La principauté de Seborga se situe au dessus de la ville balnéaire de Bordighera, en Ligurie prés de la frontière franco-italienne. Le village occupe les hauteurs d'un pays embaumant les parfums de genets blancs et mimosas cernés d'oliviers, à l'horizon la Méditerranée. 

Nous n'avons pas rencontré de bar pour prendre un café, il s'agit plutôt d'un bourg calme, animé l'été, nous étions en février. Sur simple demande en mairie, une personne s'est déplacée pour permettre la visite, elle fut gratuite; située sous la mairie, une exposition d'instruments de musique. L'accueil et l'ouverture fut chaleureuse.

Je ne vous cacherais pas l'envie de prendre en main tout ce qui était présenté derrière les vitrines, le nombre de références est conséquent, il s'agit d'une exposition de curiosités anciennes. 

Une grosse collection de cuivres est disposée autour de quelques bois, de la lutherie corde, des phonographes nombreux de tous types environnés d'accessoires, des accordéons, des instruments ethniques mais pas de guitares électriques ni de percussions modernes.

Je vous invite à découvrir cette collection vivante, le nombre d'instruments et d'appareils complétera cette visite dont voici quelques exemples.  











Deux exemplaires de violons de Stroh, ingénieur autrichien vivant à Londres, brevet déposé en 1899 et accepté en 1900. 
Violons à double et simple pavillons (fond exposizione di strumenti musicali di Seborga).







Melophone et détail des mécaniques. 
(fond exposizione di strumenti musicali di Seborga).
 
Le Professeur de musique ou l'enseignement de cet art mis à la portée de chacun 1857 : source Gallica.
DU MÉLOPHONE.
Un homme, fort peu versé dans l'art musical, un ancien horloger du nom de Leclerc, est l'heureux inventeur du 
MÉLOPHONE, dont le principe mécanique est encore celui des anches métalliques mises en vibration par un courant d'air.
Ainsi qu'il est arrivé si souvent, ce n'est pas l'auteur qui a recueilli le meilleur fruit de ses travaux et de ses longues recherches. Au contraire, ruiné par les nombreux essais qui l'ont amené, après bien des années, au résultat dont nous jouissons aujourd'hui, il lui a fallu vendre et l'invention et le droit de la rendre lucrative par la fabrication. Que du moins son nom ne soit pas oublié (A).
La forme du 
mélophone a quelque ressemblance avec la guitare, mais dans de plus grandes proportions,  outre que le milieu de la table supérieure est en saillie. Cette partie reçoit intérieurement les anches aux lames d'acier, les soupapes et leurs fils métalliques, correspondant aux touches qui les font mouvoir. La partie inférieure renferme le sommier et le soufflet double, ou à vent continu.
L'exécutant, assis, appuie le bas de l'instrument sur le genou ; la main gauche et le pouce soutiennent le haut du manche, et les quatre doigts pressent les clavettes ou touches qui lèvent les soupapes et font parler les sons. Enfin, la main droite gouverne la soufflerie, au moyen de deux baguettes ou tringles réunies à leur base, qui sortent du corps de l'instrument, et auxquelles on donne le mouvement de va-et-vient comme à un archet.


 

De haut en bas et de gauche à droite.
(fond exposizione di strumenti musicali di Seborga).
Légende des instruments:
1) Cornet à piston: Riboni & Benicchio Milan circa 1890.
2) Cornet à piston: Romeo Orsi Milan circa 1885.
3) Cornet à pistons: Agostino Rampone Milan circa 1890.
Note: je me suis posé la question pour le 3), ne serait ce 
pas un petit bugle en mi b ?


De nombreuses décorations de vitrines, ce 
phonographe dont les disques de chocolat sont à croquer.
(fond exposizione di strumenti musicali di Seborga).


(fond exposizione di strumenti musicali di Seborga).
Trombone 6 pistons Mahillon, saxophone soprano Orsi...


Bonne visite, collection FOGLIARINO.